GRAND FROID : QUELLES PROTECTIONS POUR LES SALARIES ?

26 janvier 2019
GRAND FROID : QUELLES PROTECTIONS POUR LES SALARIES ?

Des températures particulièrement basses doivent inviter les employeurs à respecter certaines mesures pour assurer la sécurité et la santé de leurs salariés. S'il n'y a pas de température minimale en dessous de laquelle les salariés ont automatiquement un droit de retrait, l'employeur doit tout de même prendre des dispositions adaptées en cas de risques liés aux basses températures.

Aménagement des postes de travail :

·      Chauffage adapté des locaux de travail

·      Accès à des boissons chaudes

·      Moyen de séchage et/ou stockage de vêtements de rechange

·      Aides à la manutention manuelle permettant de réduire la charge physique de travail et la transpiration.

Organisation du travail :

·      Planification des activités en extérieur

·      Limitation du temps de travail au froid, dont le travail sédentaire

·      Organisation d’un régime de pauses adapté et un temps de récupération supplémentaire après des expositions à des températures très basses.

Vêtements et équipements de protection contre le froid :

·      Adaptation de la tenue vestimentaire qui devra permettre une bonne protection contre le froid sans nuire aux exigences inhérentes à la tâche à effectuer (mobilité et dextérité pour l’essentiel).

·      Tenue compatible avec les équipements de protection individuelle prévus pour d’autres risques (travail en hauteur, protection respiratoire…) lorsqu’ils sont utilisés conjointement avec les vêtements de protection contre le froid. Préconisations renforcées en cas d’utilisation d’appareils générant du monoxyde de carbone (appareils à moteur thermique) sur les risques d’intoxication.

L’ensemble des agents de contrôle de l’inspection du travail, via les DIRECCTE, sont mobilisés afin d’informer les employeurs quant à leur obligation d’adapter l’organisation du travail dès l’annonce d’un risque de baisse extrême de température. Des contrôles inopinés sont également engagés pour veiller au respect de ces mesures notamment dans les secteurs d’activités les plus concernés (BTP, industrie des transports, commerce de détail…).

Les sanctions peuvent aller de la simple mise en demeure à une procédure de sanctions pénales.

Par ailleurs, un travail de prévention est également mené par le réseau des médecins du travail qui peuvent conseiller les employeurs, les salariés et les représentants du personnel quant aux précautions à prendre.

Source : Communiqué de presse du Ministère du travail.



Vous pourriez être interessé par les articles suivants :

PEUT-ON NE PAS ALLER TRAVAILLER A CAUSE DE LA NEIGE ?

29 janvier 2019
Lire la suite

REFUS DE RECONNAISSANCE DE LA MALADIE PROFESSIONNELLE ET DE L'ACCIDENT DU TRAVAIL

26 janvier 2019
Lire la suite

En navigant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies de Google Analytics afin d'identifier le contenu qui vous intéresse le plus. Gérer mes préférences